5 millions de briques !


Non, je n’ai pas gagné à la loterie nationale. Je suis allé visiter Legoland au Danemark, pays d’origine de ces briques de jeu de construction. Les différents serious game à base de Lego que je connais portent sur 1) l’Agilité avec la construction collaborative d’une ville 2) DevOps avec des Lego MindStorm. Derrière ces deux animation, il y avait au moins Aurélien Morvant, je lui dédie donc ce billet ainsi qu’à tous les fans de Lego.

IMG-20150724-00052

 

Ce parc vous fait vitre prendre conscience que ces briques peuvent permettre de réaliser des merveilles. La démonstration est époustouflante à miniland. Des quartiers d’Europe entière sont construits en miniature, ici Nyhavn à Copenhague.

IMG-20150724-00053Les écluses fonctionnent, les bateaux et véhicules se dépacent. La précision est de rigueur et on se doute du travail incroyable nécessaire pour contruire cet univers.

Le clou du spectacle de « construction » est le X-Wing Starfighter taille réelle.

IMG-20150724-00057 IMG-20150724-00064

5 millions de briques, 32 personnes à temps plein pendant 4 mois ! Voilà qui comblera les plus fans d’entre vous.

Une fois dans la boutique (il y en a deux dont une dédiée unqiuement à Star Wars), la tentation d’achat est forte. Il y a des briques au poids et avec des couleurs introuvables et  une section « introuvable ailleurs » regroupe des pièces rares.

J’ai su rester sage toutefois la prochaine fois que j’aurai l’occasion de faire un serious game Lego, je n’hésiterai pas. Et vous ?

 

Guillaume

Joyeux agileversaire !

Certains pensent que la vie est un jeux sérieux au sens « serious game » : www.lifeisaseriousgame.com. On peut s’inspirer de jeux pour apprendre sur nous même et sur le groupe. Je l’avais fait récemment ici et j’ai décidé de recommencé avec des enfants de 8 ans. Si on prend le temps de jouer au bureau au marshmallow challenge pourquoi pas lors d’une fête entre copains.

Après une chasse au trésor pour se chauffer, l’heure était venue pour les 7 participants de faire 3 équipes et d’essayer en 12 minutes de construire une structure avec un marshmallow à son sommet.

Chasse au tresor

Les règles ont été revu pour diminuer l’esprit de compétition et limiter le temps à 12 minutes. Les participants se sont immédiatement pris au jeu et les échanges aussi riches qu’avec des adultes.
Les prototypes et autres techniques d’assemblages ont démarré immédiatement. Une fois encore différentes écoles s’affrontaient.

Marshmallow challenge essai

Une seule équipe a réussie à faire ternir sa structure. Une deuxième a voulu faire du gold plating et à 5 secondes du gong tout s’est écroulé.

Marshmallow challenge réussite

 

La démarche importait plus que le résultat, comme souvent dans les serious game. Voilà les 5 enseignements du marshmallow challenge d’enthousiastes enfants de 8 ans :

  1. Inclure tous les membres de l’équipe dans la réflexion. Dédier une ressource uniquement au découpage de scotch et ficelle peut faire passer à côté de bonnes idées.
  2. Ne pas en faire trop. Se limiter à l’essentiel et aussi un facteur de succès.
  3. Il n’y a pas 1 solution mais plusieurs pour réaliser des structures de spaghettis avec un marshmallow au somet.
  4. Attention aux ressources. Il n’y a pas d’obligation d’utiliser tout le matériel et à l’inverse les quantités sont limités.
  5. D’une erreur peut naître une solution, un succès. Le hamac à marshmallow est né d’un agglomérat non désiré de scotch. ET hop, la solution émerge.

 

Ces enseignements aurait pu naître au sein d’un groupe d’adultes lors d’un jeu en entreprise. Mais voilà, ils sont l’oeuvre d’enfants de 8 ans.
Alors la prochaine fois que vous faites face à un problème, n’hésitez pas à demander à vos enfants de l’aide.

 

Merci à Iris, Gabrielle, Ferdinand, Matteo, Erwan, Neil et Adrien.

Guillaume

Casser la glace, une histoire de JEux.

J’étais à l’Agile Game Night organisée par Agile Nantes le 29 Mai à Nantes. La soirée étaient basée sur les principes clefs de l’agilité que sont l’auto-organisation et la co-construction.

Parmi les différents jeux proposés par les participants, j’ai été surpris par Dorothée et Grégoire de la société Agile Garden.

Ice BreakerLe pitch était « des petits jeux pour mieux se connaître ». Si la connaissance mutuelle des participants était faible lors de cet évènement, en entreprise celle-ci peut être à renforcer. Voilà les jeux.

 

1ère impression : vous devez remplir un questionnaire sur votre binôme (attribué arbitrairement) sans lui parler. C’est le type de questionnaire que l’on remplit dans des enquêtes marketing. Goûts sportifs, musicaux, loisirs, principaux traits de personnalité, hobbies … Dans un deuxième temps vous exposez à votre binôme ce que vous avez imaginé. Ambiance assurée. Que ce soit farfelu ou que vous tapiez dans le mille (personnalité ou image communément renvoyée), les rires et la discussion seront au rendez-vous. La bienveillance étant la clef du succès.
J’ai eu du mal à formaliser sur papier mes aprioris alors que mentalement j’ai des facilités 🙂 Il me semblait déplacé d’imaginer la vie d’un(e) autre, un stress intense m’a paralysé. J’ai vu cette personne plus stricte qu’elle ne l’est et cette image lui colle à la peau.

Feu de camp : assis autour d’un feux de camp, on se prend à se faire des confidences. Ici le feu est imaginaire et des dés ou des cartes représentant des photos peuvent aider à trouver une idée. Ces accessoires peuvent rendre cocasse le récit. L’orateur n’étant pas toujours aidé par le sort des dés ou des cartes.

Story cubes

 

Ces jeux sont à essayer entre amis ou en entreprise. Dans ce dernier cas il faut un modérateur qui fixent le cadre, les règles et veille à ce que ce soit dans une optique bienveillante.

J’ai passez une agréable soirée. Le plaisir va pouvoir se poursuivre car nous avons des Story cubes à la maison. Je ne le savais pas. C’est le point positif du debrieffing de la soirée en famille. Une expérience peut avoir un deuxième effet positif (ou plus) en la partageant. Merci Hélène.

Si vous voulez qu’on essaye ensemble, faites-moi signe.

 

Guillaume