En vrai c’est comme cela

Bientôt les congés ? Allez-vous décrocher ? Voici une vidéo qui illustre la conférence téléphonique … en vrai. Que se passerait-il si cette réunion où chacun est au bout du fil sans se voir suivaient les même règles mais en présentiel ?

 

Je ne sais pas si tRIPP & tYLER ont bossé en entreprise mais c’est mon quotidien.
Promis, si mon activité hensei.fr décolle alors je leur commanderai une vidéo promotionnelle (leur biz).

 

Guillaume

Valorisez vos efforts

La journée nationale de l’architecture dans les classes est une initiative pilote dans la région Pays de la Loire qui doit présager d’un déploiement au niveau national dès l’année prochaine. Elle a impliqué de nombreux élèves, enseignants et architectes.

Après une phase de prospection sur le terrain, une recherche d’idées et de matériaux, la construction d’une maquette fédérait de petits groupes au sein de chaque classe. Une exposition des 87 maquettes (1 sélectionnée par classe) à l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes (ENSA) permet de partager le joie créatrice d’enfants de CM2.

 

Architecture_Classe_Hensei

De cette aventure, je retiens 5 bonnes pratiques pour mes projets (pro ou perso)

  1. Prototyper, Maquetter : cela permet de se faire une idée concrète et d’échanger avec ses équipiers, partenaires, clients sur la direction à suivre.
  2. Think Visual : à l’image de la carte en photo ci-dessus, une bonne communication avec un visuel clair et explicite facilite la compréhension d projet.
  3.  Scénographie : la mise en scène du résultat a un rôle important sur l’impact du message que l’on souhaite faire passer.
  4. Pourquoi pas : ces enfants se sont affranchis de nombreuses contraintes (par innocence) ce qui a rendu les créations plus surprenantes. L’effet est rafraichissant et porteur d’espoir. Comme le dit Orelsan, c’est eux le futur.
  5. Célébrer : se satisfaire des efforts accomplis avec un drink ou un petit truc à grignoter entouré d’amis ou de complices. Voilà une bonne façon d’achever un projet.

 

Je vous encourage à vous rendre à l’exposition qui se tient jusqu’aux fêtes de fin d’année.

 

Guillaume

Que recherchez-vous ?

Après 1 mois et demi, je fais un point d’étape avec une personne que je coach. J’avais eu des nouvelles par téléphone mais là c’ést une rencontre physique. J’ai hâte de de voir le rendu de l’appropriation des outils que nous avons mis en place. Exactement comme sur le T-Shirt ci-dessous :  trust the process.

 

TrustTheProcess

Sur le fond, cette personne a réussi a retrouver l’énergie et les repères nécessaires pour repartir de l’avant. Cela a mis fin à une passe difficile. C’est bien l’essentiel. MAIS, car il y a un mais, sur la forme aucun des outils proposés n’a été adopté. Je tente de comprendre si la situation du moment s’annonce durable malgré une façon de faire différente de celle que je préconise ou au contraire éphémère.

C’est bien la différence selon moi entre le coaching et le conseil. Le conseil apporte une solution et des outils sans forcément encrer les pratiques de façon pérenne. Le coaching vise à faire franchir une étape à la personne accompagnée afin qu’elle puisse trouver elle même les solutions à l’avenir. Cela s’accompagne par une appropriation des outils et méthodes pour les mettre à sa propre sauce.

Ici, la personne ne souhaite pas poursuivre la collaboration, en quelque sorte grisée par les progrès rencontrés rapidement. Je respecte son choix. Je lui ai expliqué les raisons pour lesquelles il lui fallait rester vigilant ainsi que les éléments sur lesquels nous ne partagions pas la même analyse de la situation. Je ne veux pas qu’il y ait de confusion, j’ai fait du conseil.

Mes attentes étaient plus grandes et je n’ai pas réussi à faire adhérer la personne au changement. L’expérience reste positive pour moi malgré un sentiment d’inachèvement. Ma route est encore longue, je n’en suis qu’au début de cette nouvelle aventure.

 

Guillaume

 

Echec et mat ?

C’est bientôt la rentrée scolaire. Après un mois et demi de détox numérique, je suis de retour.
Bonne reprise à vous ou bonne fin de vacances.

Dans tous les cas, n’oubliez pas qu’un jeu d’échecs tient facilement dans un sac. Même de sport.

Dédicace aux joueurs d’échecs pour qui s’est bientôt la rentée, ils se reconnaitront.

 

Pour la version longue

 

Guillaume (étonné qu’un géant du sport américain mette en scène un échiquier)

Devenir entrepreneur : mes 5 projets

La vie est un projet dans lequel créer sa propre activité peut être un sujet dans lequel on souhaite se lancer. J’ai eu 5 idées que je partage avec vous.

  1. Vente de produits de car detailling
    En 2009 je découvre le car detailling au travers du forum francophone qui fait référence en la matière. Je fais quelques essais concluants (tout à commencé pour mon mariage et la préparation du carrosse). Avec mon compère de l’époque, Félix, nous avons du mal à nous procurer des produits. Le revendeur européen est belge. Pourquoi pas monter un site français ? Me voilà à démarcher les marques pour obtenir des devis. Les américains me répondent sous 3 jours avec de nombreux détails sur les conditionnement et les frais douaniers. J’imagine même trouver un entrepôt et proposer un emploi aidé lié au handicap. La gestion du stock, le retour sur investissement et ma situation familiale de l’époque seront mes principaux freins. Le projet ne verra pas le jour.
  2. Visite de Nantes en Segway
    En 2010 je m’intéresse de près à cet engin dans le cadre de mon emménagement à Nantes. L’été 2012 à Copenhague me montrera que c’est une monture populaire pour faire du tourisme urbain. Le 4 décembre 2013, un employé de Segway France me transmet le devis que j’avais demandé. A 7000 euros l’engin, il faudra en faire des tours de Nantes pour rentabiliser cela. L’idée me tente toujours mais je l’ai mise en veille. Et le produit continue d’évoluer
  3. Bentos livrés à vélo
    C’est la rencontre de 3 expériences : ma vie tokyoïte d’un an et demi, ma croyance du vélo comme solution d’avenir et le film Lunch Box.

    J’ai croisés des gens mangeant devant leur ordinateurs dans des open space. Pourquoi ne pas leur apporter une lunch box avec un repas équilibré et de saison ?
    Cela pourrait aussi fonctionner avec des enseignants. La solution est en tests avec les filles de la famille sur janvier 2016.

  4. Vrac mic-mac : l’achat en vrac
    Là encore c’est mon cheminement personnel via mon expérience d’AMAP, la lecture du livre zero waste home et d’autres idées. L’achat en vrac sera de mes objectifs 2016 et ce n’est pas si répandu. On peu trouver du vrac dans pas mal de commerces mais pas un seul ne répond à la majorité de mon besoin. Le créneau se développe fortement et j’arrive trop tard. A Nantes a ouvert un magasin Day byDay et les GASE se développent avec un projet dans mon quartier.
  5. Life Coaching
    On fait appel pour des conseillers dans des domaines très précis : gestion patrimoniale, exercice physique, couple…mais pas pour l’ensemble de tout cela. La vie est un projet et je peux aider à la maner selon ses envies et ses besoins. Voilà pourquoi j’ai fondé ma propre activité de conseil www.hensei.fr. Le dévelopemet avec un ebook et des formations (conseil pour des groupes) pourraient voir le jour en 2016.

 

Avoir des idées est une première étape. Dans la création d’entreprise il faut aussi arriver au bon moment . Parmi mes 5 projets, un seul a vu le jour et le succès est modeste. Le résultat le plus important n’est pas forcément la succès mais le cheminement. On peut en discuter 🙂

Guillaume.

 

Bilan 2015 : à qui de jouer ?

Comme l’année dernière, la fin d’année est une période de bilan. 2015 fut une année riche en surprises et en apprentissages. J’ai revu la méthode d’évaluation par rapport à 2014.Bilan 2015

 

Le thème « année du kpi » m’a vite confirmé que mesurer pour mesurer n’est pas utile. A la fin du premier trimestre j’ai revu ma feuille des compteurs pour conclure que je ne ferai rien de ces chiffres. J’ai utilisé la compétence « savoir arrêter un projet ». Les motivations à sont lancement n’étaient pas suffisamment claires. Ce bilan 2015 ne porte plus un pourcentage synonyme de l’année.

Je resterai fidèle aux thématiques qui représentent ce que je veux être : green origin, cycling, project focus, coaching, methods. Il va falloir continuer et mettre en oeuvre mon amélioration continue pour faire mieux.

Les 106 billets de cette année m’auront permis de partager avec vous mes projets, mes outils et mes conseils. Vous pouvez y retrouver les éléments de la photo de ce billet. Merci pour votre fidélité. Encore merci à ma famille, mes amis et mes collègues pour leur présence dans les moments forts de l’année et leur soutien dans les temps faibles.

Passez de bonnes fêtes de fin d’année et rendez-vous en 2016.

 

Guillaume

Mentoring -vs- Coaching

Quelle est la différence entre le mentoring et le coaching ?

Startup Stock Photos

 

Le mentoring, mentorat en français, est une action de conseil. Le mentor donne des conseils pour améliorer les connaissances du mentoré. On retrouve bien dans ce concept, les origines du mots puisque Mentor était le précepteur de Télémaque, le fils d’Ulysse.

 

Le coaching  a pour objectif de donner les clefs de lui-même au coaché. L’accompagnement ne consiste pas à donner des conseils mais à poser des questions pour faire naître la prise de conscience et l’action chez la personne accompagnée. L’écoute est un outil primordial du coach. Il existe 3 niveaux d’écoute

  1. Voix interne. Un discours en vous-même, vous rappelle qu’il ne faut pas oublier quelque chose ou vous permet de mener à bien une réflexion.
  2. Ecoute simple. Vous écoutez votre interlocuteur sans puiser en vous pour échanger avec lui.
  3. Ecoute globale ou écoute active. Vous mobiliser l’ensemble de vos ressources et connaissances pour écouter votre interlocuteur et interagir avec lui. C’est la position du coach.

Les outils du coach sont nombreux. Nous allons évoquer la méthode GROW

  • Goal : il faut commencer par définir précisément ce que l’on veut accomplir
  • Reality : quelle est la situation actuelle avec ses difficultés, obstacles et défis.
  • Options : quelles sont les différentes
  • Way forward : on conclut avec des actions concrètes à mettre en oeuvre.

Le coach aura a coeur de poser des questions afin de mettre en lumière l’ensemble des éléments GROW. Il n’a pas besoin d’être un expert de la situation abordée. Il incite la personne coachée à se poser les bonnes questions pour avancer. Fort du cheminement, l’appropriation des outils permettra une autonomie que l’on souhaite la plus rapide possible.

 

Et si vous deveniez votre propre coach ?

Guillaume

 

 

Life hacking : improve your life

Le quotidien peut peser au point de grignoter ses propres marges de libertés et donc de créativité. Si certaines routines sont positives, pour garder le contrôle, il faut (re)prendre la main. Pour cela le life hacking est approprié.

love

La définition de wikipédia est la suivante

Life hacking refers to any trick, shortcut, skill, or novelty method that increases productivity and efficiency, in all walks of life.

Le concept est d’améliorer son quotidien en mettant en œuvre des quick win ou en détournant son ordinaire. L’amélioration continue, à coût réduit.

Les 5 étapes à suivre pour débuter le life hacking

  1. Identifier les tâches récurrentes qui vous sont pesantes. Le poids peut venir de la charge émotionnelle ou physique.
  2. Choisir entre traiter, déléguer ou arrêter. Il peut être avantageux de ne pas consacrer de temps à des tâches pour lesquelles vous n’avez pas ou peu de valeur ajoutée. C’est la « loi de Napoléon » : ne pas faire, faire faire, ne pas laisser faire.
  3. Prioriser les tâches à améliorer. Ne pas tout améliorer ne doit pas devenir frustrant. Il faut donc choisir.
  4. Débuter au plus tôt des changements. Ne pas hésiter trop longtemps pour faire. Essayer c’est gagner.
  5. Après un mois, faire le point et recommencer depuis l’étape 1. Le monde change, votre vie aussi.

 

5 de mes initiatives de life hacking

  1. Ménage : j’ai remplacé le ménage hebdomadaire sur le temps du week-end par des micro-tâches (20 minutes) quotidiennes en semaine. Le temps entre le réveil et le départ à l’école/bureau est optimisé.
  2. Travail : j’ai forcé mon profil empathique pour dire NON. La communication non violente m’aide à expliquer à mes interlocuteurs que leurs attentes peuvent être comblées sans mon intervention si elle est n’est pas la meilleure solution.
  3. Courses : je suis passé sur un mode bimensuel ou lieu d’hebdomadaire pour la grande surface. Le temps d’activité étant identique (1h40 A/R + courses), la réduction de la fréquence me fait gagner 3h par mois.
  4. Sport : j’avais du mal à concilier mes activités sportives avec mon agenda. Mon mode de transport est devenu une activité physique. J’ai décidé d’aller quotidiennement au bureau à vélo. Les 10 km parcourus chaque jour contribuent à un état de forme minimum (entretien).
  5. Conflits : j’oriente le débat vers trouver une solution plutôt que de me défendre ou trouver un coupable.

 

Guillaume

Life coaching : un témoignage

La solution à vos problèmes et vos défis c’est vous. Selon les circonstances, vous pouvez en douter ou souhaiter que les choses progressent différemment.
Dans un article de sur une star américaine du golf, Dustin Johnson , celui-ci témoigne de l’accompagnement d’un life coach dont il a bénéficié pour faire évoluer sa situation personnelle.

Dustin Johnson feedbackAprès une pause de quelques mois, il effectue un retour proche des sommets. Il est plus serein et épanoui. La situation trouble de ce sportif très talentueux rend l’histoire encore plus intrigante.

Si vous recherchez un regard extérieur pour un faire un bilan, des outils et un accompagnement pour vous aider à mener à bien des changements ou des projets qui sont importants pour vous : www.hensei.fr

 

Guillaume – Life Coach

Anticipation : du matériel à l’humain

J’ai récemment lu le livre « Le pense-bête » de Fritz Leiber aux éditions le passager clandestin. En 1962, l’auteur imagine l’Humanité Assistée par Ordinateur. A ce titre le livre est remarquable. A l’heure des objets connectés, du lifelogging et du smartphone omniprésent, l’intrigue nous semble moins de la science fiction qu’en 1962. Par contre l’anticipation est fascinante :

Ils pourraient me fabriquer une secrétaire automatique qui enregistrerait me ordres et qui me rappelerait le moment où je veux écouter la télé, téléphoner à quelqu’un, envoyer une histoire à mon éditeur, écrire une lettre […] Il faudrait quelque chose qui soit toujours avec moi, en sorte que je n’aie pas besoin d’aller le consulter, que je ne puisse pas m’en fatiguer et le ranger n’importe où.

 

livre : Le pense-bête

L’aspect dérive à tendance apocalyptique de l’histoire est intrigante et savoureuse, cela pourrait nous inviter à la réflexion.

 

Ce qui a attiré mon attention est la notion d’humanité. Les outils (connectés ou pas) sont à notre service. La connaissance et le savoir-faire sont indispensables pour les utiliser correctement. Quand vient l’entretien de la motivation et l’aiguisement de notre détermination, un outils matériel est-il suffisant ? La réponse dépend des cas, la lecture du livre apporte une réponse décalée.

Quand vous trouvez des limites à votre progression ou des ombres à votre horizon, un conseil extérieur est souvent une aide précieuse pour vous relancer. Disposer du recul nécessaire pour changer un petit quelque chose ou raviver une lucidité salvatrice n’est pas évident. Voilà pourquoi un coaching peut aider.

Que vous fassiez appel ou non à un coach, ce que vous pourriez appliquer en provenance de ce livre de 1962 : un sens de l’anticipation à appliquer à vous même, l’utilisation d’outils qui vous aident au quotidien et un échange avec vos proches sur vos aspirations et envies.

 

Guillaume