Et si j’écriavais de la science-fiction …

Je n’ai jamais brillé par mes qualités de rédaction. L’orthographe et les techniques d’écriture me furent pénibles à apprendre à l’école. Aussi ce flyer à la bibliothèque municipale à propos d’un concours de nouvelle de science-fiction ne me semblait pas destiné.

Institut Kervegan

Mais mon envie d’essayer l’a emporté. Je souhaite partager avec vous les 5 étapes pour se lancer dans un nouveau projet.

  1. Dire OUI si on n’a pas une bonne raison de dire non. On commence par dire oui avant de réfléchir à pourquoi non. On prend la posture de l’avocat de l’ange plutôt que l’avocat du diable. A cette étape ce n’est pas un engagement.
    J’ai donc dit OUI car je n’avais rien à perdre si ce n’est du temps.
  2. Vérifier la faisabilité. L’enthousiasme de l’étape #1 doit être passé au révélateur de la réalité. Procéder dans cet ordre permet d’amorcer l’énergie positive.
    Je peux écrire. J’ai donc conclu à la faisabilité du projet.
  3. Passer un contrat avec soi-même pour figer des objectifs précis. Les objectifs doivent être Spécifiques Mesurables Atteignables Réalistes et Timeboxés (limités dans le temps), SMART.
    Voilà mon engament : écrire au maximim 30 000 signes entre décembre et Mars conformément aux critères imposés.
  4. Procéder de façon itérative afin de constater une progresion. L’itération est un boosteur d’encouragments indispensable au démarrage quand on se lance dans l’inconnu.
    Je devais écrire une demie- première page et avoir une idée de l’intrigue au bout du preier mois.
  5. Early check-point en mode « stop ou encore ». L’idée est de pouvoir rectifier le cap ou abandonner au régard des premiers résultats.
    J’ai validé que je serai en mesure de relever ce défi à l’isu du 1er mois(point #3).

J’ai pris un plaisir innatendu à écrire cette nouvelle. Ma relectrice s’est prise au jeu de l’intrigue ce qui m’encourage énormément. La cerise sur le gateau est l’excitation liée à l’attente du verdict. Ce dernier point étant toutefois le moins important.

Institut Kervégan

 

Je sais que je suis capable d’écrire, cela m’ouvre de nouveaux horizons.

 

Guillaume

Une réponse à “Et si j’écriavais de la science-fiction …

  1. Je suis convaincu que le résultat sera bon.
    L’esprit créatif a toujours été là, la capacité à clarifier et synthétiser est une de tes forces indiscutablement.
    La transcription devrait finir par donner une nouvelle qu’il fera bon lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *