Manga your life

Les méthodes et techniques pour être positif et bienveillant sont nombreuses. Et au quotidien vous avez surement des astuces pour vous remettre dans votre bulle de confort en cas de tension dans les transports ou suite à l’irruption anxiogène de votre chef toujours débordé(e).

Malgré la littérature sur le sujet, de nombreux petits détails du quotidien peuvent faire la différence. Après les bienfaits d’une playlist voyons comment bénéficier de l’effet manga.

Yakitate Japan

Dans la conduite d’un projet (donc la vie) il est important de pouvoir être inspiré positivement ou retrouver de l’énergie quand les choses n’évoluent pas comme prévues. C’est exactement ce que m’a apporté la lecture d’une série japonaise dédié à la boulangerie Yakitate Ja-Pan. Ce qui compte n’est pas de savoir si cet exemple est intrinsèquement intéressant (histoire, personnages, dessins, intrigue, rebondissements) mais ce que vous souhaitez en retirer.

Mes 5 enseignements du manga

  1. Serrer le poing aide à célébrer une réussite et à s’encourager. Attentio, le fist pump a ses règles.
  2. La collaboration comme clef de la réussite professionnelle. L’union fait la force, ça tombe bien je suis déjà convaincu par cette valeur.
  3. Le halo lumineux pour renforcer votre détermination consiste à s’imaginer comme dans la vignette ci-dessus quand on prend la parole en public.
  4. Un peu de « folie » ça allège du quotidien. Se changer les idée avec des hommes pandas ou un samouraï paranoïaque est immédiat.
  5. Tout est possible. Le happy end est au bout du chemin de la persévérance.

 

Au prochain coup de mou j’envisagerai la situation comme « et si je vivais dans un manga alors… ». Les contraintes et les règles s’effaceront pour m’offrir un champ des possibles élargi qui me boostera pour repartir de l’avant. Une illusion temporaire pour se remettre sur les rails.

 

Yakitate Japan Kawachi

A votre tour, manga your life

 

Guillaume

Sketchnote : 1ère commande

Comme je vous l’annonçais , ma première commande de sketchnote pour une grosse entreprise a été réalisé la semaine dernière

Sketchnote Hensei

Avec les renforts de Matt la prod, le tournage fut un vrai plaisir.Balance des blancs, tournage 4k pour du frame zooming, motion design : le résultat s’annonçait bien.

Matt La prod

Je ne souhaite pas attendre mon rituel du dimanche pour célébrer cela, voici mes 5 satisfactions de ce sketchnote corporate (pour une entreprise)

  1. L’aventure continue. Après différents essais, différentes méthodes de communication, voilà un signal encourageant qui pourrait me permettre de développer cette activité de facilitateur graphique. J’ai pu proposer de nouveaux formats pour nourrir de futures communications.
  2. C’est vraiment fun. Je ne vais pas refaire un billet sur mes années lycée et l’apprentissage de la vidéo. Toutefois le sketchnote me fait extérioriser des choses qui viennent du fond de moi et c’est très plaisant.
  3. J’ai rencontré Matthieu de Matt la prod. C’était sympa et intéressant par rapport à son expérience. Il a encore mieux misen scène le tout sans parler de la qualité de la post production.
  4. Faire valoir mon expertise. J’avais cédé à des demandes du client mais une fois au shooting, il a réalisé que j’avais vu juste.
  5. Pas de hasard. Je suis convaincu que c’est le résultat de graines que j’avais semé. Comprendre que c’est une suite logique, et surtout pas un aboutissement, d’efforts soutenus est un ENOMRE plaisir. Et prendre du plaisir c’est essentiel.

 

Le sketchnote a été diffusé à des milliers d’employés aujourd’hui, vivement le prochain épisode. Encore merci à tous mes supporters dans cette aventure graphique . Sans cette invitation au mooc de Doug Neill, je n’en serai pas là. Merci.

 

Guillaume

Souviens-toi ton année de seconde

Récemment j’ai vu un film français, l’Avenir. Tout à la fin du générique je lis  le nom du producteur, Charles Gillibert. C’est amusant cela me fait penser à un camarade de classe. Seconde 211 au lyçée Saint-Michel de Picpus à Paris, en 1993.

La semaine suivante, autre film, Desierto et même conclusion au générique. Ce n’était pas mon ami ni même un proche. Toutefois il reste un camarde de classe inoubliable en raison d’un fou rire en cours d’économie qui nous avait causé quelques soucis.

De retour à la maison, un moteur de recherche a répondu a mon interrogation.

Charles GillibertSes cheveux sont plus courts qu’à l’époque mais il n’y a pas de doutes, c’est bien lui. Mais pourquoi faire un billet sur cette découverte ?

 

Mes 5 idées à propos de la réussite de Charles Gillibert

  1. C’est sympa de repenser aux années lyçée : mon année de seconde ne fut pas la plus épanouissante. J’ai comme bon moment ce fou rire avec Charles.
  2. Que sont-ils devenus ? Me voilà intrigué sur le destin des membres de la classe 211 de 1993.
  3. Est-ce le grall d’avoir sa page wikipédia ? Une question de geek.
  4. Tout n’est pas une histoire de scolarité mais plus de maturité et de passion. Si mes souvenirs sont bons, la classe n’était pas le kiff de Charles. C’est un message d’espoir pour tous les parents d’adolescent qui s’inquiètent 😉
  5. La vie est un projet. Bravo Charles, ton parcours récompense au moins une passion et du travail, peut être du talent.

Quelle suite donner à mon enthousiasme ? Je ne vais pas retenter une interview impossible, j’ai déjà donné. Alors peut-être que je posterai une impression de ce billet à la maison de production. Finalement peu importe. J’ai été content pour Charles.

Cela renforce ma conviction que l’on peut se donner les moyens de réussir. N’est-ce pas Charles ?

 

Guillaume

 

 

 

 

 

Une histoire de liste et … de timing

Récemment lors d’une discussion avec une personne qui me vantait les mérites de sa nouvelle organisation personnelle, j’ai pris conscience d’un point essentiel concernant les listes. Dans ce blog je vous ai déjà parlé de tas d’outils, de méthodes et de techniques dont la liste.  Mais jamais de quand écrire une liste.

Bureau_Liste_Hensei

Se pose-t-on souvent la question de « pourquoi écrire une liste » ? Rarement, l’exemple le plus commun est celui de la liste de courses. On l’utilise oublier le moins de chose possible. On se questionne encore moins souvent sur le moment d’écrire une liste. Elle doit être faite avant l’évènement en question. Pour les courses cela, la période de rédaction peut varier de quelques minutes à la dernière fois que je suis rentré du magasin en ayant oublié un ingrédient. L’exemple est connu je l’espère de vous tous. Regardons maintenant comme cela peut être utile pour être plus efficace au travail.

Prenons un cas concret dans lequel toute ressemblance avec la réalité est volontaire :  vous arrivez le matin à votre bureau (chez vous ou dans votre entreprise) et vous décidez de lister l’ensemble des choses à accomplir avant de le quitter le soir venu. Cette liste vous servira de guide pour vous concentrer, traiter les priorités, ne pas oublier des choses à traiter ultérieurement. L’utilité est indiscutable. Vous y avez consigné les éléments qui se trouvent dans votre mémoire vive. Et pour ne rien oublier,vous effectuez des appels fréquents à votre mémoire pour garder à l’esprit, garder en tête, ces choses à ne pas oublier pour les y consigner le lendemain. Peut-être même que cela vous a déjà réveillé la nuit. C’est que le timing n’est pas le bon.

L’astuce est d’écrire votre liste à la fin de votre cycle de travail (journée, demi-journée, tâche) dans ce cas ci-dessus, le soir avant de partir par exemple. Cela aura l’effet immédiat de soulager votre esprit. Plus besoin de dépenser de l’énergie à entretenir le souvenir des choses. Seule la lecture le lendemain matin de la liste vous permettra de reconsidérer la situation pour éventuellement compléter vos notes.   Dans l’intervalle, libéré, vous aurez pleinement profité de votre temps libre (ou occupé à d’autres choses).

Une bon questionnement pour fabriquer votre liste est « quelle est la prochaine chose concrète à faire pour avancer sur le sujet » ? Attention tous les mots ont leur importance dans cette question.

Bonnes listes et bon timing.

 

Guillaume

Sketchnote fever

C’est ami, fidèle lecteur de ce blog, qui aime bien alimenter mes centres d’intérêts, souvent en m’ouvrant les siens. Il m’avait prêté le livre Coaching Plain and simple dont on nous avait parlé lors d’une séance de coaching.   Le défi était clair 1 livre, 1 sketchnote A3 et 1 mois.

Je mis suis mis avec enthousiasme, lisant le livre en 3 jours mais le sketchnote fut reporté à plus tard. Je m’y suis enfin mis cette semaine

Coaching Plan and simple Hensei

Et voilà que l’on me passe commande d’un sketchnote dans le cadre d’un plan de communication touchant 4 000 salariés. Ce nouveau défi me met sous pression : nous avons 6 jours ouvrés et un week-end pour le faire. A priori je n’ai pas le temps. Je décide de changer mes priorités pour l’avoir. Je fais la proposition « idéale » suivante : 3 itérations avant le shoot final. C’est accepté, je me lance. Hélàs c’est trop ambiteux.

Voici comment je contruis mon plan d’action

  1. Avant de dire oui : j’ai validé le niveau de qualité (format, couleur, mode d’enregistrement, temps du film), le délai et proposé ma façon de faire. Tout cela s’est fait lors d’une séance d’introduction d’une heure. En plus du contexte, des éléments graphiques et une trame manuscrite m’ont été proposé afin de partir dans la direction du client. Nous sommes mardi et le shoot sera le lundi suivant.
  2. Mon plan idéal avant de commencer : prendre une journée de réflexion pour trouver le story telling, fournir 3 vidéos avant le shoot.
  3. Revoir mon plan pour tenir les délais en cours de route: je teste plusieurs formats, plusieurs idées. Il y  aura 2 itérations et non 3 sur une base statique. Je fournirai la vidéo « démo » la veille du shooting (dimanche!). On aura ainsi calé les dessins et le matin même on pourra réorienter les enchainements.

Sketchnote experience Hensei

La photo montre la fin de la première itération avec à gauche la proposition du client, au milieu un essai isolé, à droite la version intermédiaire annotée des remarques du client. Désolé pour le flou mais il y a des informations confidentielles.

 

J’ai hâte d’être au shooting. Il se fera par un professionnel et la voix off sera celle d’une anglophone. Le résultat devrait être plus aboutit que Be my ride.

 

Guillaume

Un peu de piment

Et si la vie était une recette de cuisine ? On pourrait l’espace d’un moment, d’un projet, opter pour un thème (gastronomique) « marinade », « en croûte » ou « italien ». Cela pourra faire écho à des souhaits de laisser les choses reposer pour mieux les apprécier, conserver la saveur intrinsèque grâce à une protection,  faire écho aux saveurs du soleil.

J’adore cuisiner et je pense que l’on pourrait s’inspirer de la cuisine pour mener ses projets. C’est une idée de livre, en maturation. En attendant je vous propose une illustration autour du piment.

Piments multicolores- hensei

Définition selon Larousse : 1. Piquant, attrait, charme de quelque chose, de quelqu’un : Le piment de l’ironie. 2. Nom donné à plusieurs plantes (solanacées) dont le fruit est utilisé comme condiment ou comme légume ; ce fruit.

Je vous propose de se procurer des occasions de rendre les choses plus attrayantes. Je ne parle pas de déformer les choses ni même de mentir à soi même mais bien de réunir les conditions qui font qu’un certain ingrédient, à savoir une façon de concevoir ou de faire les choses rend la situation plus charmante. Dans la défintion ci-dessus, on utilise le 2 pour accéder au 1.

Comment mettre du piment dans votre quotidien et le savourer en 5 étapes

  1. Identifier une situation de fade à pénible à vivre.
  2. Choisir l’élément que vous allez temporairement changer radicalement.
  3. Adopter cette nouvelle posture le temps de l’évènement ou du projet. Par exemple vous êtes systématiquement l’avocat de l’ange.
  4. En tirer les conclusions pour le futur. Préférez le « que faut-il améliorer pour qu ce soit mieux » ou  » stop ou encore ». Ce sera forcément bénéfique si vous êtes resté bien veillant(e) et ne vous êtes pas mis(e) en risque.
  5. Célébrer. A partager sans modération avec vos proches, vos amis ou vos collègues lors d’un moment de convivialité.

 

Encore merci à cette personne de retour d’Inde qui a partagez ces délicieux gateaux salés très épicés qui m’ont aidé à me reconnecter à ce concept.

Indian crackers - Hensei

 

Pour avoir vécu au Mexique où tout est pimenté du trajet en bus jusqu’au sucreries, placez le curseur légèrement au dessus de votre seuil de tolérance mais pas plus 🙂

 

Guillaume

Keep focus : appuyez sur PLAY

La poursuite d’un ou plusieurs objectifs nécessite des efforts.  Un bon moral est un atout non négligeable. Mais on peut vite se laisser aller et hop son énergie interne est en berne. Méditation en pleine conscience, psychologie positive … les outils ne manquent pas pour tendre vers le plus. Je connais un truc universel qui fonctionne , pour moi à tous les coups, la musique.

Pour se relancer ou rester au top, je vous propose « Come On – vol 2 », la suite du volume 1, qui nous raconte une histoire

 

Casseurs Flowters – À l’heure où je me couche  Un vaccin contre la procastination

Oliver Cheatam – Everybody wants to be the boss   se motiver pour prendre les choses en main

Fat Larry’s Band – Act Like You Know   La solution est en soi

Sean Paul – Give thanks to life   pour se remémorer que la vie nous apporte beaucoup

Ben L’Oncle Soul – A coup de rêves   Ton rêve avance

Mavis Staples – Tomorrow   Happiness is a key to success

Kindred the Family Soul – You got love   Et oui, de l’amour !

Talisco – The keys   We enjoy the moment

 

Et si la musique ne suffit pas, observez ces quelques petits pas de danse

 

ça va se déhancher dans l’open space.

 

Guilaume

 

 

L’agilité au quotidien

Lors d’un évènement d’entreprise j’ai pu témoigner de mon expérience de l’Agilité en milieu professionnel et … personnel. Pour convaincre une personne, le retour d’expérience est important. Le vécu n’est pas négociable quand il est exposé avec sincérité. Vous ne connaissez pas l’Agilité, encore moins Scrum ? Pas de problème, basculons dans la vie de tous les jours.

L’Agilité prône des valeurs et un mode de fonctionnement. Je vous laisse creuser le concept en détail. Ce qui est utilisable au quotidien est :

  1. Prioriser : ce que l’on veut, ce que l’on doit faire ou faire faire.
  2. Fonctionner par itérations : agir par petits pas pour corriger le cap au fur et à mesure mais de façon régulière, soutenue et soutenable.

Jean-Claude Grosjean, un coach Agile renommé, applique cette méthode pour constituer la liste au père nöel. L’exercice aide à prendre conscience de limites et donc de la nécessité des définir des priorités. On se concentre sur le plus important. Le bon sens fait toujours recette. Voilà pourquoi c’est déclinable à l’infini.

Pour ma part, j’applique le principe de priorisation aux travaux de la maison. Comme pour le père noël, tous les voeux ne pourront pas être exaucés. J’utilise donc un inventaire priorisé des travaux à réaliser. Accessibles à tous, les priorités sont partagées et plus facilement discutées donc comprises.

Mais qu’en est-il du fonctionnement itératif ? Le meilleur exemple est la réunion de chantier. Lors de la construction d’un bâtiment ou d’une rénovation, un point périodique avec tous les corps de métier permet de faire le point sur ce qui a été fait, les difficultés rencontrées et ce qui reste à venir. Si l’électricien annonce 2 semaines de retard alors le plaquiste peut s’organiser (et protester) en conséquence. Les compromis naissent plus facilement. L’aspect récurrent de l’exercice aide à s’adapter et à revoir les priorités si nécessaire.

Vous viendrait pas à l’idée d’inspecter votre maison uniquement à la toute fin des travaux ? Un indice en image.

Weibo-a4

Si tel est le cas, vous risqueriez d’avoir des surprises, plus que si vous aviez suivi le chantier régulièrement. Comme celle d’un radiateur au dessus du canapé 😉 Merci à cette jeune femme et la polémique sur la taille A4 pour cette illustration de ce qui pourrait être un énorme raté.

N’hésitez pas à vous inspirer de votre savoir professionnel pour améliorer votre quotidien dans votre vie privée. Et inversement. Tirer le meilleur de méthodes qui ont fait leurs preuves ne peut être que bénéfique, à vous de les adpater, les customiser pour faire votre life hacking.

 

Guillaume