Quitte ou double ?

Une première expérience décevante peut nous faire renoncer pour toujours. L’expérience de cyclotourisme de l’année dernière restera inoubliable à jamais, hélas négativement. Fallait-il retenter le coup après cet échec et si oui pourquoi ?

Après la Loire à Vélo, ce fut un bout de la Vélodyssée le long du canal de Nantes à Brest. Une expédition pour laquelle il fallait garder l’oeil. Prendre une revanche, conjurer le mauvais sort ou valider les pré-requis d’un projet plus ambitieux ? Un peu des trois.

 

Le canal de Nantes à Brest sous le someil IMG-20151024-00098

100 km avec de simples vélos de ville, un enfant de 8 ans et une remorque pour le matériel. Un réchaud, une tente et des nouilles chinoises. Ce fut une expérience déconnectée, lente, économique et nature de 3 jours aux biens faits puissants.

Simplicité et sobriété, me font penser qu’il ne faut pas renoncer à ses envies et essayer petit. Un peu le « payer pour voir » au poker. Cela permet de se raviser ou de changer de cap si ce n’est pas satisfaisant. Les itérations de l’agiliste décliné aux projets personnels.

Keep it simple and stupid (KISS), voilà mes 5 conseils pour tenter quelque chose de nouveau

  1. Votre premier objectif doit être « juste » de le faire. Oubliez la manière ou les performances. C’est un premier essai.
  2. Empruntez le maximum de matériel. Le réchaud à bois en titane ne reservira peut être jamais, ne vous laissez pas griser par la « fierté du propriétaire ».
  3. Lancez-vous sur une période « courte ». Vous pourrez toujours reproduire l’expérience plus longuement si c’est satisfaisant. Mieux vaut connaître la frustration de la réussite de courte durée que de la pénibilité longue durée.
  4. Mettez-vous en mode start-up. Foncez sans ménager votre énergie, l’échec ne peut faire peur par rapport à la joie envisagée en cas de succès.
  5. Ayez confiance en vous. Vous avez déjà réussi tellement de trucs, cela en fera un de plus.

L’avantage de se lancer sur ce mode KISS, c’est que l’on peut facilement à l’issu du bilan se choisir en « quitte ou double ».

Verdict : victoire pour le dernier arrivé

Dans ma relance de la rentrée, j’hésitais entre deux méthodes : Vegan for Fit et Bikini Body Guide. Je tardais un peu à me décider, pour diverses mauvaises raison. Plutôt que d’arpenter le bitume en courant, je me réfugiais à la bibliothèque. Et s’y fut le déclic. Je suis tombé sur le livre d’un coach sportif dont j’avais lu l’article (de promotion) dans un magazine masculin. Fitnext d’Erwann Menthéour.

J’ai lu le livre qui comme cette vidéo, vous fait rêver d’un avenir meilleur. Personne n’est obligé d’y croire. Les principes de la méthode ? Détox et exercice physique pendant 40 jours. L’histoire du coach est assez étonnante (cycliste pro dopé, artiste de variété, coach sportif), son honnêteté sur les abysses qu’il a fréquenté m’a plu.

WIN_20151010_134719

 

Alors voilà les 5 raisons qui m’ont décidé à me lancer dans Fitnext.

  1. Expérimenter la détox. Apprendre à « purger » son corps en appliquant des règles strictes d’alimentation qui pourront resservir à l’occasion.
  2. Pas besoin de beaucoup de matériel. Cet argument est important pour mes aspirations minimalistes.
  3.   Fartlek. Un nouveau mot enrichira mes expériences sportives. Erwann a décliné le Fartlek pour sa méthode. Ca va être plus simple qu’avec un tuto sur le web.
  4. Le programme est court : 40 jours. Par rapport à la méthode de Kayla Itsines, ce sont 4 semaines de moins. L’objectif n’est pas d’avoir un corps de rêve non plus.
  5. Entamer une dynamique et acquérir quelques réflexes. Je jouerai le jeu mais je ne garderai que ce qui me convient le mieux.

WIN_20151010_134814

Je débuterai le 6 novembre par 3 jours de monodiète. Ce sera le lendemain du Meet-Up que j’organise et auquel vous êtes invités. Vivement que cela commence. Je vous en reparlerai.

 

Guillaume

L’heure du bilan

Un des objectifs 2015 est d’améliorer mon classement au golf. Mais je ne vais pas y arriver en dépit de mon implication croissante et ma motivation importante. Le constat est la première étape d’un bilan qui me permettra d’initier le changement. J’ai pris le temps de me poser avec mes feutres et voilà le résultat

Golf 2015 - bilan en dessins

 

Voyons les 5 étapes d’un bilan constructif

  1. Se reposer sur des faits. Mesures, chiffres, avis client, rapports, tous les éléments factuels aideront à décrire la situation.
  2. Rester objectif. L’interprétation est source de
  3. Souligner (aussi) ce qui fonctionne. Il est indispensable de se féliciter de ce qu’on fait (très) bien.
  4. Rechercher l’origine des problèmes avant …
  5. …de penser aux solutions. Pour les solutions, ne vous restreignez pas dans leur inventaire. Dans la mis en oeuvre vous serez peut-être contraint mais satisfait d’avoir explorer toutes les idées possibles.

Les outils sont une aide mais le plus important est vous alors n’oubliez pas le pourquoi et le comment.

 

Guillaume

L’Ouest à la conquête de l’innovation

Je crois en l’innovation comme exhausteur de réussite, à l’action locale comme catalyseur de cohésion et j’adore Nantes. Alors avec mon collègue Olivier TORNIER, on a profité d’une opportunité rouge et noir pour rassembler des ingrédients qui nous animent au quotidien, les mélanger et les partager avec vous.

Le 5 novembre 2015, nous organisons un évènement grand public dans les locaux de Société Générale à Nantes sur nos thèmes fétiches : innovation, Great Place to Work et entreprises libérées. Vous êtes tous invités au Meet-Up « L’Ouest à la conquête de l’innovation ».

 

Meet-Up 5 novembre Société Générale Nantes

 

L’idée est de suivre la progression d’une idée innovante du début à la fin. La genèse sera racontée par Marc Demonfaucon et Le Poupoupidou, c’est un pince à jupe pour le vélo primée au concours Lépine. Nous nous étions rencontré à Vélo City 2015.  Julien Hervouet expliquera ensuite ce qu’apporte un environnement où il fait bon travailler à son entreprise iAdvize. Une illustration « Great Place to Work » dans une start-up nantaise. Nous conclurons avec l’intervention de Christophe Collignon, DG d’IMA Technologies, pour une déclinaison d’entreprise libérée. Une rupture du modèle managérial et d’organisation du travail au profit des salariés et donc de l’entreprise.

Il y aura des surprises, des gens curieux et intéressants (dont vous) et ce sera convivial. Un soupçon d’innovation, une dose de FrenchTech et un zest de libération, voilà un cocktail à gouter ensemble le 5 novembre.

 

/!\ Inscription obligatoire ici

 

Guillaume

 

 

Sur le devant de la scène

Etre sur le devant de la scène peut-il être une source de motivation suffisante pour mener à bien des projets et se réaliser ?

C’est la question qu’on pu se poser 9 000 personnes en voyant mon cousin Flavien Berger sur la scène du Zénith de Nantes le 30 septembre. Il ambiançait la première partie d’une artiste française du moment (au moins), Christine and the Queens.

 

Entre cousins
Entre cousins

Malgré un diplôme de design (ENSCI), c’est la musique qui l’animait. Aussi il a persévéré et suivi sa trace, mélodique et pas évidente. Son authenticité rend l’expérience vibrante, que l’on aime ou pas sa musique. Quand la motivation vient du fond du cœur et de l’âme, le succès n’est que plus impressionnant.

Cher cousin, merci pour ton invitation et bravo pour ta performance. L’aventure n’en est qu’à son début et la route sera longue. Ne change rien, reste toi-même. Je te souhaite toute la réussite dans tes projets.

Avec vos rêves et vos projets seriez-vous prêt à être sur le devant de la scène ?

 

Guillaume

 

Mérite et récompenses

Faut-il se féliciter d’un succès et comment ? Cela appelle pleins d’autres questions comme « qu’est-ce qu’un succès » ? J’aime me réjouir de choses simples pour lutter contre la grisaille et le défaitisme ambiant. Par réflexe, on souligne ce qui ne va pas. Aussi j’essaye de développer la célébration hebdomadaire en famille d’un moment chouette vécu dans la semaine. C’est ce que j’ai retenu de 3 Kifs par jour.

Une tierce personne peut décider de vous récompenser. Quand c’est le Président de la République Française, cela est généralement un évènement inattendu.

Medaille

L’ordre national du Mérite récompense au minimum 10 ans à

  • dynamiser la société
  • donner valeur d’exemple
  • oeuvrer pour la diversité

 

Yvette Le Gall
Yvette Le Gall reçoit l’ordre national du Mérite

Comme Yvette est une femme à l’engagement remarquable, voilà 5 réalisations de son association Enfants Pangangan Philippines aussi communes pour nous que transformantes et exceptionnelles pour la population  de l’île de Looc

  • Equiper une école pour permettre la scolarisation d’enfants. C’est le début d’un cercle vertueux qui permet d’éviter un avenir sur les trottoirs de Manille.
  • Acheminer du matériel médical pour favoriser les soins.
  • Donner un accès à l’eau potable grâce à des collecteur d’eau. Les nouvelles gouttière en PVC sont plus efficaces que le bambou.
  • Equiper les villageois de vélos pour pouvoir aller à l’école sur l’île voisines reliées par une bande de terre.
  • Nouveau terrain de basket et des maillots grâce à un partenaire, l’équipe de Quimper.

 

L’effort est à poursuivre car les typhons et autres tremblements de terre n’épargne pas la région. Bravo Yvette, bravo aux membre de l’association Enfants Pangangan Philippines. La réception fut un vrai moment d’émotions et de joies. Quelle chance d’être de la fête.

Autant vous dire que j’ai du élever mon niveau de networker de soirée et ce fut chouette car me voilà invité à visiter le parlement européen à Strasbourg. Quant à un voyage au Philippines pour aider l’association à LOOC, j’y réfléchis (hélàs) toujours.

Merci Yvette et ne change rien.

 

Guillaume

Si Cindy m’avait coaché …

Décidément mon billet « Mentoring versus Coaching » trouve un écho parfait dans l’actualité « féminine » de la semaine.

Cindy Crawford en couverture de ELLECe numéro spécial coaching nous permet de bénéficier des astuces de Cindy Crawford. Et elle s’y connaît en la matière puisqu’elle a déjà produit une série de DVD de fitness.

Journal ELLE

Oui mais ici, on parle de conseil de vie qui dépassent la salle de gym. Est-ce pour autant du coaching ? Je ne pense pas et je trouve le raccourci du magazine féminin rapide. Merci pour les conseils, je les ai lus. Avec 6 degrés de séparation, on connaît le président des Etats-Unis (voir même 4,74). Aussi je ne doute pas que votre réseau, de twitt en post Facebook amène Cindy à lire ce billet. Je compte sur vous.

Cindy, je t’accorderai un droit de réponse et nous débattrons via skype de « Mentoring et du coaching » ?

Guillaume