Joyeux agileversaire !

Certains pensent que la vie est un jeux sérieux au sens « serious game » : www.lifeisaseriousgame.com. On peut s’inspirer de jeux pour apprendre sur nous même et sur le groupe. Je l’avais fait récemment ici et j’ai décidé de recommencé avec des enfants de 8 ans. Si on prend le temps de jouer au bureau au marshmallow challenge pourquoi pas lors d’une fête entre copains.

Après une chasse au trésor pour se chauffer, l’heure était venue pour les 7 participants de faire 3 équipes et d’essayer en 12 minutes de construire une structure avec un marshmallow à son sommet.

Chasse au tresor

Les règles ont été revu pour diminuer l’esprit de compétition et limiter le temps à 12 minutes. Les participants se sont immédiatement pris au jeu et les échanges aussi riches qu’avec des adultes.
Les prototypes et autres techniques d’assemblages ont démarré immédiatement. Une fois encore différentes écoles s’affrontaient.

Marshmallow challenge essai

Une seule équipe a réussie à faire ternir sa structure. Une deuxième a voulu faire du gold plating et à 5 secondes du gong tout s’est écroulé.

Marshmallow challenge réussite

 

La démarche importait plus que le résultat, comme souvent dans les serious game. Voilà les 5 enseignements du marshmallow challenge d’enthousiastes enfants de 8 ans :

  1. Inclure tous les membres de l’équipe dans la réflexion. Dédier une ressource uniquement au découpage de scotch et ficelle peut faire passer à côté de bonnes idées.
  2. Ne pas en faire trop. Se limiter à l’essentiel et aussi un facteur de succès.
  3. Il n’y a pas 1 solution mais plusieurs pour réaliser des structures de spaghettis avec un marshmallow au somet.
  4. Attention aux ressources. Il n’y a pas d’obligation d’utiliser tout le matériel et à l’inverse les quantités sont limités.
  5. D’une erreur peut naître une solution, un succès. Le hamac à marshmallow est né d’un agglomérat non désiré de scotch. ET hop, la solution émerge.

 

Ces enseignements aurait pu naître au sein d’un groupe d’adultes lors d’un jeu en entreprise. Mais voilà, ils sont l’oeuvre d’enfants de 8 ans.
Alors la prochaine fois que vous faites face à un problème, n’hésitez pas à demander à vos enfants de l’aide.

 

Merci à Iris, Gabrielle, Ferdinand, Matteo, Erwan, Neil et Adrien.

Guillaume

Mise en oeuvre rapide

Je vous avais parlé du livre Lecture rapide de Tony Buzan. Et bien j’ai décidé de mettre cet apprentissage en œuvre dans la foulée. Deux livres sans aucun rapport. L’autobiographie d’André est un cadeau, merci à Benoît. L’autre livre est un récit d’aventure sur les traces des évadés du Goulag.

 

Lecture rapide

 

Alors voyons ce que cela à donné en pratique avec les 5 choses que je retiens de la lecture rapide

  1. C’est une lecture utile. On met de côté une grande partie du plaisir des mots pour se concentrer sur la progression et les éléments essentiels. Cela peut être frustrant selon les livres et les lecteurs.
  2. On lit pus vite. Je n’ai pas de statistique car il m’aurait fallu le nombre de mots et chronométrer l’ensemble de la lecture. Pour des oeuvres sans grand intérêt (littéraire ou intellectuel) cette méthode permet de ne pas y passer trop de temps.
  3. On saute des détails. Ou des choses essentielles. C’est le revers de la médaille.Dans le meilleur des cas, ce je n’ai pas lu était insignifiant mais dans le cas contraire je continuais ma progression avec un petit doute sur des étapes du récit.
  4. Ce n’est pas évident. La vision périphérique aide à lire les lignes par deux en suivant un parcours pas forcément linéaire. ‘est la théorie, en pratique c’est pas simple.
  5. C’est possible. Et c’est cela que je retiendrai. Il faut faire, essayer et discuter après. Cette expérience m’a convaincu de poursuivre cette pratique car elle me permet de lire plus. Et j’adore ça.

 

J’ai me suis découvert un point commun avec André Agassi, celui d’avoir remporté la coupe du meilleur esprit sportif lors d’un tournoi de tennis de jeunes.

Bonne lecture.

 

Guillaume

Accueillir l’imprévu

J’étais en pleine ville samedi matin quand je pris à mes côté un auto-stoppeur d’environ 18 ans. Il devait suivre cette rue puis route sur 50 km, tout droit. Nous voilà ensemble que pour 3 km. Après m’avoir détaillé son périple il me demande si je connais les conférence TED. Ma surprise est totale et vive, je lui répond que oui. Il me tend alors un ticket de bus en guise de remerciement. Ce sésame me permettra de retrouver en ligne une conférence qui a changé le cours de sa vie (la parenthèse en fluo).

Ticket de bus comme pense-bête

La vie est un projet et me voilà avec quelqu’un de boulversé par « Ted Chouard ».  Seul dans la voiture avec ce ticket à mes côtés que penser ? Alors j’ai projeté un ensemble de possibilités toutes plus farfelues les unes que les autres. C’était drôlement plaisant. Internet m’a permis de trouver le contenu en question sur la page TED intitulée 10 TEDxTalks to watch before election day. Cet auto-stoppeur s’intéresse à des idées pour une démocratie, une politique différente.

Je ne souhaite pas prendre parti dans ce billet mais partager avec vous la vidéo qu’il m’a recommandée.

Comme chaque semaine nous allons faire une célébration familiale où nous évoquerons un bon moment pour chacun d’entre nous (en peu comme James Clear). Voilà les 5 raisons qui ont fait de ce moment une expérience particulière et positive :

  1. J’ai changé mes habitudes. Depuis une expérience angoissante en 2004, je ne prenais plus d’auto-stoppeur.
  2. J’ai ai aidé un inconnu. Je suis de nature empathique .
  3. Ce fut le déclencheur de pensées farfelues. Je trouve agréable de me perdre dans des délires rafraîchissants.
  4. J’ai appris quelque chose. Certains concepts de la page du blog TED et la totalité des orateurs m’étaient inconnus.
  5. La jeunesse est le futur. L’énergie et l’espoir de cet inconnu valent la peine d’être vécus.

 

Et si on changeait le monde en mieux ? Merci à toi cher inconnu.

 

Guillaume

Histoire de relativité et Ouganda

Nos problèmes nous semblent souvent plus importants et nos réussites plus minimes qu’ils ne le sont. Prendre du recul est difficile en grande partie en raison de nos rythmes de vie. La clef de notre réussite individuelle ou collective réside dans notre capacité à relativiser.

Ce concept a été brillamment illustré par Amanda NGABIRO lors de velocity 2015. Elle est urbaniste et enseignante à l’Université de Makerere à Kampala en Ouganda.

 

VeloCity2015 sketch Note

Devant une assemblée quasi exclusivement européenne, Amanda a rappelé les difficultés du quotidien en Ouganda. Le vélo est le meilleur moyen des personnes pauvres qui couvrent de longues distances pour aller travailler. Les accident très mortels touchent les chefs de famille en chemin pour le travail laissant des familles sans ressources. Le statut social s’acquiert avec une automobile. Cela encourage des endettements importants.

Je garde cet exemple en tête pour raviver ma conscience du quotidien. Une conscience éclairée qui me permettra de  relativiser. Apprécier les choses à leur juste valeur et si possible en ajoutant un brin de « + ». Si cette technique vous intéresse alors associée là à un mot clef. Dans mon cas « Ouganda ». Prononcez ce mot à chaque fois que vous vous sentez en difficulté, que vous n’appréciez pas assez les choses. Avec un raisonnement par mot clef, celui-ci entrainera une réaction de votre part. Et vous serez relancé.

 

Merci Amanda.

 

Guillaume

 

 

Casser la glace, une histoire de JEux.

J’étais à l’Agile Game Night organisée par Agile Nantes le 29 Mai à Nantes. La soirée étaient basée sur les principes clefs de l’agilité que sont l’auto-organisation et la co-construction.

Parmi les différents jeux proposés par les participants, j’ai été surpris par Dorothée et Grégoire de la société Agile Garden.

Ice BreakerLe pitch était « des petits jeux pour mieux se connaître ». Si la connaissance mutuelle des participants était faible lors de cet évènement, en entreprise celle-ci peut être à renforcer. Voilà les jeux.

 

1ère impression : vous devez remplir un questionnaire sur votre binôme (attribué arbitrairement) sans lui parler. C’est le type de questionnaire que l’on remplit dans des enquêtes marketing. Goûts sportifs, musicaux, loisirs, principaux traits de personnalité, hobbies … Dans un deuxième temps vous exposez à votre binôme ce que vous avez imaginé. Ambiance assurée. Que ce soit farfelu ou que vous tapiez dans le mille (personnalité ou image communément renvoyée), les rires et la discussion seront au rendez-vous. La bienveillance étant la clef du succès.
J’ai eu du mal à formaliser sur papier mes aprioris alors que mentalement j’ai des facilités 🙂 Il me semblait déplacé d’imaginer la vie d’un(e) autre, un stress intense m’a paralysé. J’ai vu cette personne plus stricte qu’elle ne l’est et cette image lui colle à la peau.

Feu de camp : assis autour d’un feux de camp, on se prend à se faire des confidences. Ici le feu est imaginaire et des dés ou des cartes représentant des photos peuvent aider à trouver une idée. Ces accessoires peuvent rendre cocasse le récit. L’orateur n’étant pas toujours aidé par le sort des dés ou des cartes.

Story cubes

 

Ces jeux sont à essayer entre amis ou en entreprise. Dans ce dernier cas il faut un modérateur qui fixent le cadre, les règles et veille à ce que ce soit dans une optique bienveillante.

J’ai passez une agréable soirée. Le plaisir va pouvoir se poursuivre car nous avons des Story cubes à la maison. Je ne le savais pas. C’est le point positif du debrieffing de la soirée en famille. Une expérience peut avoir un deuxième effet positif (ou plus) en la partageant. Merci Hélène.

Si vous voulez qu’on essaye ensemble, faites-moi signe.

 

Guillaume

Future maker : à nous de jouer.

Voilà un gros projet 2015 mené à bien : vélo city 2015 à Nantes. J’étais porteur de projet et j’avais des ambitions au plus profond de moi. Après 3 jours de conférences, ateliers, réseautage et fêtes, voici mon bilan.

velo city and future maker

 

J’ai pu observer de près un écosystème qui m’était inconnu. Les problématiques du vélo sont les mêmes que dans bien des secteurs. La vision est primordiale pour fixer un cap à tenir que ce soit sur un plan politique ou commercial. Entre les enjeux économiques et politiques, il peut y avoir des contradictions. Les choix de techniciens (infrastructure) peuvent éclipser la voix du cycliste. Que ce soit entre les pays où au sein de ceux-ci, l’activisme est indispensable pour développer l’activité qui est en concurrence avec d’autres secteurs.

 

C’est dans ce contexte que je vous présente mes découvertes classées en 5 grands thèmes

  1. Des personnalités :Philippe CRIST un économiste français dont l’enthousiasme est communicatif, Pierre SERNE un homme politique abordable et convaincu et Olivier RAZEMON un journaliste et bloggueur sympa.
  2. Des pépites nantaises : le vélo sandwich de EcoVelo et la médaille d’argent du concours Lépine 2015 le Poupoupidou
  3. Des vélos sympas : Vélo de Ville qui peut fabriquer des vélos personnalisés, des vélos en bois nantais de Full Wood, des cargos bike Douze.
  4. Des applications par des start-uppers à suivre : le gps pour vélo de Bike Citizens via une app ou sur le web, la carte collobaorative des cyclistes sur Bicimapa.
  5.   Des envies de cyclo tourisme : Shimanami au Japon avec ses ponts d’iles en îles, toute entre les deux côtes irlandaises de Galway à Dublin, la traversée du Québec par la route verte.

Cet inventaire n’est pas exhaustif, il recense mes principaux coups de coeur. Je vais faire mon propre debrieffing pour analyser en profondeur ce que j’ai vécu et quelle suite je souhaite donner à « Be my ride« .
J’ai des cartes de visites plein la poche et des idées plein la tête.

 

Encore merci à tous ceux qui m’ont soutenu dans la préparation du salon et à ceux qui m’ont envoyé des messages de soutien pendant l’évènement. L’année prochaine ce sera à Taipei et sans moi.

 

Keep cycling;-)

 

Guillaume