Velo City 2015 : here we are !

Un projet d’ampleur cela génère une excitation forte et une angoisse souvent proportionnelle. Le but sera-t-il atteint ? Quel accueil réservera le public ou les clients au projet ? Voilà exactement la position dans laquelle je suis, un mélange euphorisant-angoissant semble couler dans mes veines.

Comme je vous en parlais précédemment, je suis contributeur pour le salon Velo City 2015. J’ai un format papier, poster de taille A0 alors que je souhaitais un format vidéo. Mon blog sera donc la vitrine de ma vidéo quand la Cité des Congrès de Nantes accueillera mon poster.

Une version dessiné pour faire passer un message clef et exposer un concept. J’utilise ainsi la facilitation graphique pour Be My Ride, à vous de juger

An English version of the video is not yet available and possible, do not hesitate to contact me.

 

Il ne me reste plus qu’à profiter de l’évènement sans trop me mettre la pression sur les retours que mon offre pourrait susciter. Je me laisserai porter afin de découvrir des nouveautés et faire des connaissances. Voilà mes objectifs du 2 au 5 Juin 2015. Concrétiser un projet qu’il soit personnel ou professionnel est à célébrer afin de construire un cadre propice aux futures réussites.

On se croisera peut-être dans les allées du salon et si tel n’est pas le cas vous avez mon email.

 

Guillaume

 

Life hacking : improve your life

Le quotidien peut peser au point de grignoter ses propres marges de libertés et donc de créativité. Si certaines routines sont positives, pour garder le contrôle, il faut (re)prendre la main. Pour cela le life hacking est approprié.

love

La définition de wikipédia est la suivante

Life hacking refers to any trick, shortcut, skill, or novelty method that increases productivity and efficiency, in all walks of life.

Le concept est d’améliorer son quotidien en mettant en œuvre des quick win ou en détournant son ordinaire. L’amélioration continue, à coût réduit.

Les 5 étapes à suivre pour débuter le life hacking

  1. Identifier les tâches récurrentes qui vous sont pesantes. Le poids peut venir de la charge émotionnelle ou physique.
  2. Choisir entre traiter, déléguer ou arrêter. Il peut être avantageux de ne pas consacrer de temps à des tâches pour lesquelles vous n’avez pas ou peu de valeur ajoutée. C’est la « loi de Napoléon » : ne pas faire, faire faire, ne pas laisser faire.
  3. Prioriser les tâches à améliorer. Ne pas tout améliorer ne doit pas devenir frustrant. Il faut donc choisir.
  4. Débuter au plus tôt des changements. Ne pas hésiter trop longtemps pour faire. Essayer c’est gagner.
  5. Après un mois, faire le point et recommencer depuis l’étape 1. Le monde change, votre vie aussi.

 

5 de mes initiatives de life hacking

  1. Ménage : j’ai remplacé le ménage hebdomadaire sur le temps du week-end par des micro-tâches (20 minutes) quotidiennes en semaine. Le temps entre le réveil et le départ à l’école/bureau est optimisé.
  2. Travail : j’ai forcé mon profil empathique pour dire NON. La communication non violente m’aide à expliquer à mes interlocuteurs que leurs attentes peuvent être comblées sans mon intervention si elle est n’est pas la meilleure solution.
  3. Courses : je suis passé sur un mode bimensuel ou lieu d’hebdomadaire pour la grande surface. Le temps d’activité étant identique (1h40 A/R + courses), la réduction de la fréquence me fait gagner 3h par mois.
  4. Sport : j’avais du mal à concilier mes activités sportives avec mon agenda. Mon mode de transport est devenu une activité physique. J’ai décidé d’aller quotidiennement au bureau à vélo. Les 10 km parcourus chaque jour contribuent à un état de forme minimum (entretien).
  5. Conflits : j’oriente le débat vers trouver une solution plutôt que de me défendre ou trouver un coupable.

 

Guillaume

Livre : La lecture rapide par Tony Buzan

Après les cartes mentales, je me suis intéressé à un autre sujet de prédilection de Tony Buzan, la lecture rapide. Si les professions manuelles rendent légitime de prendre soin de son corps car c’est un outil de travail, les professions intellectuelles négligent la forme intellectuelle. Voilà le thème de fond de l’auteur avec trois volume dédiés à la lecture rapide (acquisition), les cartes heuristiques (formalisation) et la mémoire (mémorisation). L’ensemble est cohérent, son « business model » aussi.

lecturerapide buzan

La lecture de ce deuxième ouvrage avait été précédée d’un débat avec une adepte de la lecture par plaisir. Sachant qu’elle enseigne aussi la lecture, j’hésiterai à lui recommander le livre.  La lecture rapide est clairement orienté productivité, efficacité, lecture utilitaire. Le plaisir est remplacé par le rendement. Ce ne sont pas des gros mots aussi voyons ce que ce je dirai si je devais le recommander à un ami.

Voici 5 bonnes raisons de lire « La lecture rapide » de Tony Buzan :

  1. Prendre conscience que les limites dont les siennes sont largement extensibles. Les anecdotes sont savoureuses sur des personnalités et autre inconnus remarquables.
  2. Acquérir des techniques qui vous aideront à vider une boîte mail surchargée. Je suis plutôt partisan de « Getting Things Done » et ce livre apporte d’autres outils.
  3. Pratiquer immédiatement. Le livre propose une série d’exercices ainsi qu’un outil de suivi de votre progression. Lire le livre vous oblige à mettre en oeuvre la théorie.
  4. Vous lancer un défi. Que ce soit dans le cadre du livre ou après, la méthode est stimulante. Elle m’a incité à me dépasser. Je suis passé de 230 à 450 mots par minutes. Cela demande à être entrenu.
  5. Vous questionner sur la lecture. Faut-il poursuivre dans cette voie productiviste ? Pour ma part cela dépendra du contexte. Les lectures utilitaires seront menées à bien plus efficacement préservant du temps pour mes lectures plaisir.

 

Je n’avais pas prévu de lire ce livre. Et je prévois pourtant un paquet de choses. La bibliographie d’une lecture précédente est venue aiguiser ma curiosité et incrémenter mon stock de livres « à lire ». Pour suivre cela j’utilise le site www.babelio.com. Je garde ainsi une trace de mes lectures passées et à venir. Sur la mode du réseau social, vous pouvez suivre les lectures de vos « amis ». Mon inventaire permettra de faire un bilan de mon année de lecture à fin décembre.

 

Guillaume

Soyez méthode-hic

Dans le film « In the air », Georges Clooney joue le rôle de Ryan Bingham, un spécialiste du licenciement qui est aussi conférencier. Il expose une méthode autour de la simplicité, sobriété et du détachement.

In the Air conférence

 

La méthode « miracle » qui simplifie la vie de monsieur et madame tout le monde tout en faisant la fortune de l’auteur est à considérer. Chaque méthode apporte des éléments intéressants qui peuvent vous convenir. A l’inverse des méthodes de régime alimentaire, on peut prendre que certains morceaux. Avec ces briques élémentaires, à nous de construire notre propre mur.

De la même façon, mon coaching se base sur un ensemble de techniques, d’outils que j’ai pu expérimenter, m’approprier et maîtriser. La démarche d’amélioration étant continue,  je persisterai dans mon exploration de différentes méthodes qui se présenteront à moi.

Je vous propose de partager les 5 méthodes qui m’ont le plus marqué et qui peuvent aussi transformer votre vie :

  1. Getting things done de David Allen. Depuis je n’ai plus que 40 mails maximum dans ma boîte de réception et j’ai repris définitivement le contrôle du temps.
  2. La semaine de 4 heures de Tim Ferris. Ce livre m’a aidé à identifier mes zones de propre valeur ajoutée afin de sous-traitrer les autres. Je me concentre sur mon essentiel.
  3. 3 kifs par jour de Florence Servan-Schreiber. Je prends mieux conscience des moments plaisants. Nous les célébrons une fois par semaine en famille, chaque membre évoquant son plaisir de la semaine. Il n’y a pas besoin d’extra-ordinaire pour être heureux.
  4. 21 jours pour arrêter de râler sur ses enfants et son conjoint de Christine Lewicky. J’accueille les paroles de mon entourage avec plus de bienveillance.
  5. Le pouvoir des introvertis de Susan Cain. Les introvertis ne sont pas ceux que l’on croit. En effectuant le test d’évaluation, j’ai mieux compris certains de mes comportements dont je n’étais pas forcément conscient. La vidéo de Susan Cain est dans le top 10 des vidéos TED les plus vues.

     

N’hésitez pas à essayer à explorer de nouvelles idées et essayer de nouvelles méthodes. Il n’y a pas de vérité absolue car nous sommes tous différents. Échangez avec votre conjoint(e) et vos amis proches, les possibilité de changement positif sont nombreuses.  A nous de jouer pour notre propre développement personnel.

 

Guillaume

Plus que 2 semaines avant Vélo City 2015

Je dois rendre mon livrable pour Vélo City 2015 d’ici 2 jours. Grâce à la préparation, je serai dans les temps. C’est terminé. Je vous dévoile une image de sa construction.

Guillaume Crassard x Velo City 2015

 

Pour les amateurs de facilitation graphique que je rencontrerai prochainement à Agile Nantes, voici les deux principales difficultés auxquelles j’ai été confronté :

  • Changement d’échelle. Le passage du A3, version de travail, au A0 la version définitive n’a pas été simple. Sur la photo ci-dessus, je positionne des feuilles de différentes tailles afin de pouvoir juger de la bonne dimension.
  • Verbal to Visual. Le projet reposait initialement sur une vidéo qui devait expliquer le support graphique. Comme ce n’est pas le format qui m’a été accordé pour Vélo City 2015, il m’a fallut revoir ma mise en forme. Ajouter du texte ou pas, tel fut mon dilemme.

Rester concis tout en voulant faire passer l’intégralité de mon message. J’ai relevé le défi mais sans certitude. Vivement le retour de mon cercle rapproché d’agilistes et des participants à Vélo City 2015. Cette excitation monte petit à petit. Que ce soit sur mon projet comme sur les rencontres qu’il me tarde de faire. Comme celle-ci

VC 2015 - Warm-up tweet

 

On s’entraine et on se projette mais rien ne vaut la vérité du terrain.

 

Guillaume

Retour vers le futur !

Au moment où je constate que de nombreux indices convergent, généralement c’est annonciateur d’un évènement. Cette fois, ce ne fut pas exactement le cas.

J’étais dans le train et ma voisine avait à ses pieds un skateboard des années 90, un peu comme celui-ci. Un skate large avec des boudins plastiques qui me propulsait dans des souvenirs d’adolescence urbaine. Encore à mes rêveries apparut dans mon champ de vision un contrôleur SNCF au badge « Marty Mc Fly » du nom du héros de la série de films « Retour vers le futur ». Dans le 2ème volet de la série, Marty Mc Fly fait du skate volant. Skate old school et référence à l’Hover board, je croyais fermement que le meilleur était à venir.

Ma tentative de prise en photo du contrôleur tourna court. Marty n’apprécia pas la manoeuvre. Il faut dire qu’avec ma tablette 8 pouces, j’étais loin du mode espion et investigation. Je dû effacer l’ensemble des photos prises. Le contrôleur a-t-il le droit de porter un tel badge humoristique ? Finalement là n’est pas le point.

Et si vous vous transformiez en Marty Mc Fly ? Je ne parle pas de porter une doudoune sans manche (1er volet de la série) mais de puiser dans votre passé pour maximiser vos chances de réussite dans le futur. C’est une technique à laquelle je fais appel et désormais elle a un nom. Merci Marty.
Voici 5 bonnes raisons de vivre un « retour vers le futur » :

  1. Les expériences passées sont sources d’enseignements. Encore faut-il y repenser pour ne pas répéter les même erreurs.
  2. Rien n’est joué d’avance. Vous être le principal facteur de réussite de vos projets.
  3. Le décalage comme levier. Être en avance sur son temps peut être un désavantage (commercial si la demande n’est pas au rendez-vous) et c’est à vous d’en faire un avantage (humain par exemple).
  4. Une invitation à danser peut changer votre vie. Comme le père de Marty dans Retour vers le futur, j’ai rencontré mon épouse dans un bal.
  5. « L’histoire, elle va changer ! » : merci Marty pour cette réplique. J’y crois fermement.

Je ne vous ai pas parlé de mes objectifs 2015 pourtant je suis ma feuille de route, non sans quelques adaptations. La réussite débute dans le sentiment d’avancer, de progresser. Pour cela, je puise en moi pour l’énergie, les idées et les outils. Et je m’inspire aussi de Marty.

Bon voyage dans le temps. Et n’oubliez pas que tout est possible.

 

Guillaume

Si je frotte mon Sensorwake…

Tout à commencé lors de Draft & Craft. J’y ai rencontré Guillaume Rolland faisant la démonstration de son SensorWake. Lors du pot de clôture, je lui ai demandé si je pourrai l’interviewer pour mon blog.
Ni une ni deux, Guillaume me donne sa carte et son aval.

Sensorwake founder

2 rendez-vous manqués plus tard, j’aimerai frotter mon SensorWake et voir apparaître Guillaume pour réaliser cette interview.

Il faut dire que les cérémonies se suivent et les prix s’accumulent pour le réveil olfactif. Du prix MoveJee au Concours Lépine, on croise Guillaume sur de nombreuses estrades et on l’entend  la radio. C’est aussi cela le succès de la création à la nantaise. La presse locale fait écho à cette réussite.

SensorWake award

A défaut d’interview, et donc de détails précis, je vais vous lister les 5 bonnes raisons d’explorer vos idées même surtout les pus folles :

  1. Qui ne tente rien n’a rien. Croire en soi est un excellent point de départ.
  2. Act like you know this is your way to shine. Les avis des autres peuvent vous aider ou vous freiner. Suivez aussi vos intuitions.
  3. Innovation de rupture. Dans un marché concurrentiel, les innovations de rupture ont plus de chance de percer. Alors foncez.
  4. La réussite est une possibilité. Si vous jouez au jeux de hasard alors que les probabilités de gain sont faibles, ne soyez pas intimidé par une aventure.
  5. Prendre du plaisir. Se réaliser vous donnera aussi de l’énergie pour affronter et dominer votre quotidien.

C’est donc l’article de la non interview du créateur du SensorWake. Guillaume, si tu lis ce billet et que tu es dispo, tu as mon mail.

 

Guillaume

 

« Râler » conjugué à tous les temps et en multiples de 21

Je m’étais lancé dans 21 jours pour arrêter de râler et des difficultés avaient ponctué mon chemin. Récemment, une personne de mon entourage m’a demandé où j’en étais puis s’est excusée d’avoir râler devant moi. Alors voilà où j’en suis : je ne râle presque plus et je considère l’aventure comme terminée.

Boite aux lettres

Le chemin parcouru est aussi important que la destination.Cela m’a pris plus de 40 jours. J’ai eu des rechutes et les efforts ont dus être constants. Mon bracelet changeait de poignet au  plus mauvais moment. Mais un des éléments du livre avait attirés mon attention. Et il a tout fait basculé. Cette expérience m’a fait prendre conscience de l’importance du pouvoir de la communication non violente (CNV). J’ai suivi le concept du lien ou du rebond pas au sens numérique mais physique. D’idée en idée pour vous laisser porter par votre exploration et vous vous retrouvez à un endroit cognitivement inattendu (principe #40). Le livre de Marshall Rosenberg, les mots sont des fenêtres (ou des murs), était cité et je l’ai lu.

Pour que je puisse accueillir les remarques de mes proches il fallait que j’arrête définitivement de les percevoir comme des attaques. C’est toujours délicat quand après 1h30 de cuisine vos enfants ne veulent pas de votre plat dégoutant. Ou encore de satisfaire immédiatement une envie adolescente subite. La CNV m’a apaisé.  Je me tourne plus vers les attentes de mon entourage (personnel ou professionnel) et ma qualité d’écoute s’en trouve améliorée. C’est dans mes réactions que les résultats sont les plus importants.

J’arrive a exprimer ma lassitude ou mon trouble en formulant des demandes à mon entourage. La situation trouve plus facilement une issue favorable et apaisée. Cela m’aide au quotidien et va me faire franchir une étape dans mon coaching. Car en multipliant les reformulation je parviens à éviter les interprétation et réduire les incompréhensions.

A mon tour j’essaye de recommander de telles pratiques à mes proches. Ce fut le cas se week-end lors d’un séjour de randonnée dans le Morvan. Mais là c’est une autre histoire.

 

Guillaume

 

Life coaching : un témoignage

La solution à vos problèmes et vos défis c’est vous. Selon les circonstances, vous pouvez en douter ou souhaiter que les choses progressent différemment.
Dans un article de sur une star américaine du golf, Dustin Johnson , celui-ci témoigne de l’accompagnement d’un life coach dont il a bénéficié pour faire évoluer sa situation personnelle.

Dustin Johnson feedbackAprès une pause de quelques mois, il effectue un retour proche des sommets. Il est plus serein et épanoui. La situation trouble de ce sportif très talentueux rend l’histoire encore plus intrigante.

Si vous recherchez un regard extérieur pour un faire un bilan, des outils et un accompagnement pour vous aider à mener à bien des changements ou des projets qui sont importants pour vous : www.hensei.fr

 

Guillaume – Life Coach

Le golf peut vous aider aux examens

Selon Maslow et sa pyramide des besoins j’ai besoin de la reconnaissance de mes pairs et d’appartenance à une communauté. J’ai choisi la gestion de projets. Et c’est chose faite par ma certification « Project Management Professional » délivré par l’organisme PMI.

Voyons comment votre principal centre d’intérêt peut vous être bénéfique dans d’autres domaines sur la base des 6 leçons que le golf peut apporter pour passer un examen

Golfer

 

  1. Rester le maître du jeu. Les règles du golf sont aussi précises et fournies que le document de référence pour PMP, le PMBok. Dans les deux cas, la théorie peut me causer des mots de tête pour la mise se en application selon que l’obstacle est d’origine animale ou végétale pour le golf ou que le fait que l’usine soit détruite par un incendie ait été imaginé. Je sais ce qu’il faut faire en théorie mais chaque situation apporte une particularité à prendre absolument en compte.
  2. Se battre contre soi-même. Chacun de mes coups ou de mes réponses peuvent être parfaits à l’entraînement, le verdict de la compétition peut être différent. Perdre quelques balles dans un obstacle d’eau ou quelques réponses sur la gestion des risques sont inévitables. Seuls avec mes clubs et mon formulaire, je dois faire face à vous-même.
  3. Rester dans la partie. Les mauvais coups ne doivent pas me faire dérailler. La partie est longue, 4h pour PMP et un peu plus pour 18 trous. Il ne faut surtout pas ruminer un doute et jouer chaque coup ou réponse comme il vient en restant dans le moment présent.
  4. Avoir une stratégie. Le golf me questionner sur mes types de club et mes mises en jeux (j’assure avec mon club fétiche ou j’essaye de me mettre dans une position plus favorable avec moins de certitude de réussite). L’examen du PMP m’a fait hésiter entre sauter des questions ou répondre au mieux en devant y revenir. J’ai opté pour la stratégie qui permet de gagner du terrain avec le moins de coups possibles.
  5. Maitriser le jargon. Le vocabulaire est particulier à cette activité. Au golf on parlera de slope, index ou albatros quand PMP vous demandera de maitriser l’IPAP, BAA ou IPC (en version française). Il ne faut pas négliger le jargon.
  6. Passer l’intimidation d’appartenir à la communauté. Le cadre d’application et les coutumes des membres peuvent vous impressionner. Mais avec un verre au club house ou assis à une conférence pour entretenir ma certification, nous sommes tous égaux.

Mon secret est d’essayer de prendre un maximum de plaisir et de douter le moins possible. Le travail et la persévérance finissent toujours par payer, il faut réalistes dans ses s objectifs.

A vous de jouer.

 

Guillaume