Sketch note : Just Do It !

La vie est un projet alors il faut passer à l’action. Voilà pourquoi je n’ai pas attendu la fin des cours avec Doug Neill pour expérimenter le sketchnote.
Cet essai n’est qu’un début qui avait pour objectifs de

  1. Valider le dispositif technique (Proof Of Concept POC) : Dell Venue Pro 8 sous Windows 8.1
  2. Expérimenter les concepts de layout et du mouvement
  3. Prendre du plaisir dans un mode au plus tôt (Pleasure As Soon As Possible = PASAP)

 

 

La perfection n’était pas l’objectif recherché. Aucun regret donc à avoir sur les améliorations possibles. Le constat sera à décliner pour les prochains sketchnote.

Voilà ce que donne le résultat en image

Sketchnote Innovation

C’est cette technique que je voudrai utiliser pour ma contribution au Velo City 2015. J’ai d’ailleurs rendez-vous en fin de journée pour en discuter avec les organisateurs.
Mes projets ne manquent pas et force est de constater que cela progresse. Promis je vous en reparle bientôt.

Encore merci au crew des « agilistes sketchnoteurs nantais » pour leur soutien.

Guillaume

 

Bob Carpenter : porté par la vision

Tout avait commencé par une volonté d’acheter plus français. De clic en clic, j’ai découvert la marque Bob Carpenter. Quelques chemises plus tard, me voilà dans leur pop-up store en septembre 2014, à Paris.
L’énergie de Charlotte et la sympathie d’Antoine me touchent. L’énergie de l’entrepreneur  me contamine. Un projet plus tard, me voilà membre à vie de la marque.

BobAndLegs

 

Si dans vos projets personnels ou professionnelle vous recherchez de l’énergie, une vision (un élément clef de l’agilité) : lisez ce que j’ai trouvé chez Bob.

(suite…)

Simple comme un « Merci »

Plaisir d’offrir, joie de recevoir. Pourquoi ne pas le mettre en oeuvre en commençant par dire MERCI.

P1460122Je m’efforce de dire « MERCI » dès que j’en ai l’occasion. Cela a finit par surprendre une cliente et une discussion en a découlé. Cela m’a donné l’idée de ce billet.
Voyons les 5 raisons de dire « MERCI »

Je ne cherche pas à développer des conseils en leadership situationnel (directif, persuasif, participatif, délégatif). Je me concentre sur un niveau plus élémentaire sur les personnes et leurs interactions.
Remercier ne vous affaiblira pas, au contraire il vous permettra de poser une brique des bases de la collaboration.

Voyons les 5 raisons de dire « MERCI »

  1. Ça fait plaisir à votre interlocuteur. Même s’il ne vous le montre pas, c’est une graine de bienveillance que vous semez.
  2. C’est simple et ça ne coûte rien si ce n’est un effort sur des habitudes qui pourraient être à tendance négatives (on voit le verre vide) ou banalisantes (c’est normal donc pourquoi dire merci).
  3. C’est un accusé de réception. Que votre communication soit écrite ou orale, vous indiquez de façon explicite à l’émetteur du message  que vous avez reçu le message. Profitez-en pour compléter votre retour dans le cas d’un mail qui demande une analyse de votre part. par exemple « Merci pour ce document que j’attendais avec impatience. Je le lirai attentivement d’ici la fin de la semaine pour te faire un retour argumenté d’ici une semaine maximum ».
  4. C’est un facilitateur. Ce mot clef a des effets plus vertueux que vous ne l’imaginez. Il vous aidera à apaiser ou débloquer des situations (cf. point1 et 3).
  5. C’est universel. Cela fonctionne malgré les différences culturelles.

 

Dans un monde globalisé, restons humains. Merci d’avoir lu ce billet 😉

 

Guillaume

21 jours pour arrêter de râler : c’est parti

Il est plus facile de conseiller les autres que soi-même. Voilà pourquoi j’ai décidé d’essayer la méthode « J’arrête de râler ».
Il en existe plusieurs déclinaisons (cf. http://jarretederaler.com). A la maison je souffre du syndrôme du sauveur, celui de Karpam. Attention à bien lire, cela n’a aucun rapport avec Cartman et South Park 😉  J’ai lu le livre et je débute la méthode le 9 Mars. De temps en temps je vous indiquerai où j’en suis.

 

ArreteRaler

Les 5 raisons qui me poussent à suivre cette méthode (duplicable pour vous à n’importe quelle autre méthode) :

  1. Enrichir ma boîte à outil mentale de nouveaux outils. J’ai déjà fait une mindmap en guise de fiche de lecture.
  2. Me mettre à l’épreuve. Vais-je y arriver, quelle rigueur faudra-t-il m’imposer ?
  3. M’améliorer,  au sens « être meilleur ». Et si j’arrêtais de râler …
  4. Pouvoir en faire le bilan. Un apprentissage est toujours bénéfique, l’amélioration sera continue.
  5. Me surprendre. C’est aussi tout l’intérêt de la nouveauté.

Et vous, y-a-t-il une méthode que vous avez appliqué et que vous nous recommanderiez ?

 

Guillaume